La Vie Privée
Retour à la page d’accueil

'Si vous voulez réellement changer les comportements,
vous avez besoin du concours des employeurs'

Repensons la mobilité

KPMG Repensons
la mobilité

L’accessibilité et la mobilité sont cruciales pour toutes les entreprises, car elles leur permettent notamment d’attirer et de fidéliser les collaborateurs qualifiés. Les employeurs doivent donc se doter d’un budget mobilité. Le département consultance de KPMG a préparé une proposition claire à ce propos. Ceci dit, les entreprises sensées n’ont pas attendu les politiciens pour travailler à une vraie politique de mobilité.

'Dans notre pays, la seule solution de mobilité bien réglementée est la voiture de société, que ce soit sur le plan fiscal ou en matière de cotisations sociales. Si vous réfléchissez au vivre-ensemble actuel et que vous cherchez des solutions créatives combinant plusieurs moyens de transport, vous vous retrouvez vite confrontés à des situations inextricables.' Frank Vancamp, responsable Automotive, Leasing & Mobility chez KPMG, est lui-même un parfait exemple de la manière dont les travailleurs se déplacent aujourd’hui : il dispose d’une voiture de société sans pourtant être un fan de voiture. Au moins une fois par semaine, il se rend au travail à vélo et utilise l’application Olympus sur son smartphone pour les transports en commun. 'Chaque moyen de transport dispose de sa propre réglementation (para)fiscale, et les conditions d’utilisation sont toutes différentes, même si ces différences sont parfois minimes. Le cadre actuel est dépassé !' Par exemple, vous pouvez utiliser votre voiture de société pour vos déplacements privés en bénéficiant d’une taxation modérée, mais vous ne pouvez pas prendre votre vélo de société pour aller acheter vos croissants à la boulangerie le dimanche matin.

La réponse consistera à décliner la flexibilité sous toutes ses formes, c’est-à-dire à proposer aux collaborateurs toutes les options possibles et à les conseiller.

Un budget mobilité: le début d’une solution

‘Une des pièces importantes qui manquent au puzzle est le budget mobilité', estime Frank Vancamp. 'Il s’agit en réalité d’un budget virtuel organisé au sein de l’entreprise. On peut le comparer au budget consacré aux voitures de société, mais il doit être compris de manière plus large. Ce système pourrait être mis en place sans coût supplémentaire pour les entreprises, en utilisant entre autres la somme normalement allouée à la voiture de société.' Il ne faut pas confondre le budget mobilité avec le système cash for car actuellement en préparation, prévient Frank Vancamp. Avec ce système, les collaborateurs disposent d’une liberté totale : ils peuvent dépenser comme ils le souhaitent la somme normalement prévue pour leur voiture. 'Le système cash for car est une mesure purement fiscale, pas une solution de mobilité. Si vous voulez réellement changer les comportements, vous avez besoin du concours des employeurs.' Or, le spécialiste de KPMG ne s’attend pas à ce que les grandes entreprises utilisent ce système.

Frank Vancamp, responsable Automotive, Leasing & Mobility chez KPMG

Frank Vancamp, responsable Automotive, Leasing & Mobility chez KPMG

Dans notre pays, la seule solution de mobilité bien réglementée est la voiture de société, que ce soit sur le plan fiscal ou en matière de cotisations sociales.

KPMG a élaboré une proposition de budget mobilité suffisamment simple pour séduire petites et grandes entreprises. Elle s’articule autour de cinq piliers. Tout d’abord, le budget mobilité doit être proposé à tous les employés d’une société, même si les déplacements professionnels sont marginaux. Ensuite, l’usage privé doit être autorisé, voire élargi aux autres membres de la famille du travailleur, moyennant une participation forfaitaire raisonnable. Troisième point : les déplacements purement professionnels doivent être intégrés au budget mobilité afin d’en limiter la complexité. Pour les déplacements professionnels, un éventuel dédommagement séparé est prévu pour les employeurs/employés qui le souhaitent. Cependant –c’est le quatrième principe – alors que les déplacements professionnels sont intégrés, les jours de travail à domicile sont déduits du budget, même si le télétravail a bien évidemment un impact sur la mobilité. 'Enfin, nous préconisons un régime (para)fiscal simple qui encourage la durabilité, à l’instar du système actuel prévu pour les voitures de société, mais ouvert à tout un éventail de moyens de transport', conclut l’expert.

La politique de mobilité, facteur de succès

Pour de nombreuses entreprises – petites ou grandes – le budget mobilité pourrait représenter une avancée importante. Toutes les entreprises ne sont pas situées à proximité des transports en commun. Par conséquent, la mobilité constitue un véritable défi. Les entreprises collaborent aujourd’hui avec KPMG pour développer une stratégie de mobilité. 'Nous cartographions les besoins individuels de chaque travailleur', détaille Frank Vancamp. 'Cela dépasse largement l’élaboration d’une liste reprenant le domicile et le lieu de travail: il faut tenir compte du fait que les collaborateurs doivent déposer et rechercher leurs enfants à l’école, faire un saut au supermarché, etc. Nous combinons toutes ces informations aux objectifs de durabilité de l’entreprise, mais aussi à ses besoins opérationnels. Le télétravail à 100% serait certainement une bonne chose pour la mobilité, mais pas nécessairement pour les entreprises.' La prochaine étape serait, non seulement, de répondre à tous ces besoins en combinant les moyens de transport, mais également, en instaurant des bureaux-satellites et en adoptant les outils qui favorisent le télétravail. 'Il s’agira donc de décliner la flexibilité sous toutes ses formes, de proposer aux collaborateurs toutes les options possibles et de les conseiller dans leur choix. L’ensemble devra faire l’objet d’une modification du cadre fiscal et juridique, avec les rulings et politiques nécessaires, ainsi qu’au moment du lancement, d’une communication et d’un soutien informatique par l’intermédiaire de notre outil FlexRewards.' Ce sera loin d’être une sinécure, même si les entreprises n’ont pas vraiment le choix, reconnaît Frank Vancamp. 'C’est nouveau pour de nombreux employeurs. Malgré tout, les incitants sont nombreux. La mobilité est un élément essentiel si l’on souhaite attirer et fidéliser les bons collaborateurs.'

Comment les Belges se rendent-ils à leur travail?

  • Uniquement en voiture : 65,6%
  • Covoiturage: 2,9%
  • Moto: 1,2%
  • Train: 10,9%
  • Métro, tram, bus: 6,9%
  • Transport collectif organisé par l’employeur: 0,8%
  • Vélo: 9,5%
  • À pied: 2,4%

(Source : SPF Mobilité, données 2015)

La Vie Privée

‘Le RGPD nous permet de bénéficier de davantage de transparence à propos des données personnelles que les entreprises collectent à notre sujet.’